MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 328 DU 19 JUIN AU 30 JUILLET 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 328 DU 19 JUIN AU 30 JUILLET 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

Soutenez Utopia Palmer
[EMILIA PEREZ sur nos écrans à partir du 21 août 2024]
[HIJO DE SICARIO dès le 21 août 2024 sur nos écrans]
[TYPHOON CLUB]
[LE ROMAN DE JIM - AVT-1ÈRE LE 25/07]
[TEACHAPI]

En dehors des événements annoncés dans la gazette, les ventes pour toutes les séances sont ouvertes environ 15 minutes avant l'heure indiquée dans la gazette, et définitivement closes 15 minutes après; nous ne vendons pas de pop-corn et nous vous demandons de bien vouloir éteindre vos téléphones,afin de ne pas déranger l'expérience cinématographique de vos voisins. merci!

AVANT-PREMIÈRE LE JEUDI 25 JUILLET À 20H30 À UTOPIA ST-OUEN L'AUMÔNE

LE ROMAN DE JIM

Écrit et réalisé par Jean-Marie et Arnaud LARRIEU - France 2024 1h41mn - avec Karim Leklou, Laetitia Dosch, Sara Giraudeau, Bertrand Belin... D’après le roman de Pierric Bailly.

Du 25/07/24 au 25/07/24

LE ROMAN DE JIMDepuis plus de vingt ans, les films d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu dépeignent les contours flous de la normalité. Après Peindre ou faire l’amour en 2005 et Tralala en 2020, les voici de retour avec Le Roman de Jim. Un neuvième long-métrage adapté du roman de Pierric Bailly qui pose une question essentielle : c’est quoi être père ? Un simple géniteur qui aurait planté sa petite graine ou celui qui vous prend par la main à la découverte du monde ?
Avec ses grands yeux bruns et sa bouille ronde, Aymeric (émouvant Karim Lekou) à tout du gars gentil. Presque trop gentil même. Après avoir purgé sa peine de prison pour un petit cambriolage mal préparé, le voici libre et prêt à reprendre sa vie dans sa petite ville de Saint-Claude dans le Jura.
Il tombe par hasard sur une ancienne collègue de boulot, Florence (Lætitia Dosch), enceinte jusqu’aux dents et célibataire. Elle est libre, elle est simple, et leur rencontre va vite se poursuivre dans une chambre. Une étreinte qui va durer plus qu’une nuit. “Le père de l’enfant sera celui qui sera là au moment de la naissance”, dit Florence à ses proches.
C’est donc presque par hasard qu’Aymeric va endosser le vrai rôle de “faux père” de Jim. Le destin lui propose ce lien et il le prend sans trop se poser de question. Jim ne porte pas son nom, mais Aymeric exerce sa paternité en dehors des liens du sang.
Dès lors, ce que d’aucuns pourraient voir comme une imposture ou un mensonge se transforme en relation authentique. “Toi et moi, on est des aventuriers, on prend des risques”, dit-il au petit lors d’une promenade en forêt.
Dans leur maison du Jura, la petite famille recomposée coule des jours heureux. Mais c’était sans compter le retour inopiné de Christophe (Bertrand Belin), le père biologique de Jim. Cassé par un événement de la vie, Florence lui propose de l’aider. Et ce qui ne devait durer que quelques jours va s’éterniser....

Chez les frères Larrieu, le paysage et la nature jouent un rôle central. Pour Le Roman de Jim, c’est au milieu des magnifiques paysages du Jura qu’ils ont posé leurs caméras. Leur récit raconté par une voix off parcourt vingt-cinq ans de la vie de ce personnage un peu lunaire. Tel un Indien d’Amérique, Aymeric traverse les épisodes de sa vie avec courage.
Ponctuée de balades en forêt ou au bord d’un lac, la mise en scène délicate et fluide tient en haleine le spectateur. Grâce à de très belles séquences de rupture, le scénario est sans cesse relancé. L’irruption du personnage d’Olivia (brillante Sara Giraudeau) dans la vie d’Aymeric insuffle un nouvel horizon. La caméra des frères Larrieu capte avec grâce et énergie les corps et les regards des personnages. Comme dans la fameuse chanson d’Alain Souchon La Ballade de Jim, le film de Jean-Marie et Arnaud Larrieu nous emmène loin et offre un émouvant portrait d’un père à part entière.

(Odile Morain-francetvinfo.fr)